Valeur actualisée d'une rente ordinaire

 Valeur d’une marchandise selon Adam Smith

Le coût d’une marchandise, ou la somme de toute autre marchandise contre laquelle elle se converti, diffère selon la quantité proportionnelle de travail essentiel pour la créer et non de la rétribution plus ou moins forte acceptée à le travailleur.

Adam Smith a distingué que le mot valeur a deux sens distincts, et dit, bientôt l’intérêt d’un objet, bientôt la faculté que cet objet donne à celui qui le détient, d’acquérir d’autres marchandises. Dans un cas le montant saisit le nom de valeur en emploi ou en fonction : dans l’autre celui de prix en échange. "Les objets, dit encore Adam Smith, qui ont le plus de valeur d’intérêt n’ont généralement que fort peu ou point de valeur permutable ; tandis que celles qui ont le plus de valeur permutable ont fort peu ou point d’intérêt. "L’eau et l’air, dont l’utilité est si majeure, et qui sont même obligatoires à l’existence de l’homme, ne peuvent néanmoins, dans les cas communs, être donnés en échange pour d’autres choses. L’or, au contraire, si peu essentiel en juxtaposition de l’air ou de l’eau, peut être converti contre une grande quantité de marchandises.

Ce n’est donc pas l’intérêt qui est la mesure de valeur négociable, quoiqu’elle lui soit absolument indispensable. Si un objet n’était de nulle utilité, ou, en d’autres mots, si nous ne pouvions le faire aider à nos usages, ou en tirer quelque prérogative il n’aurait aucune valeur permutable, quelque fût d’ailleurs son manque, ou quantité de travail essentiel pour le procurer.

Les choses, une fois qu’elles sont connues nécessaires par elles mêmes, tirent leur valeur permutable de deux sources, de leur manque, et de la quantité de travail nécessaire pour les réussir.



comptabilite-guide.com | 2009 - 2018