Bilan

 Le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture

Ce fondement est mobilisé par l’article 123-19 du Code de commerce « le bilan de début d’un exercice doit coïncider au bilan de fin de l’exercice antérieur ».

Ce fondement compromet les suites suivantes :

  • Si ultérieurement à l’acquiescement des comptes, un fait ou une faute vient rétablir en cause l’appréciation du bien ou de la réalité financière de l’entreprise à la fin de l’exercice antérieur, le bilan de clôture ne peut pas être changé : le fait ou la fausseté devront être attribués à l’exercice actuel.

Cependant, pour garantir une meilleure comparabilité, il est conseillé de montrer dans l’annexe une indication supplémentaire qui accepte à l’utilisateur des comptes de pouvoir estimer correctement l’image du bien et de la réalité financière de l’entité au commencement de l’exercice.

  • L’accusation de la fausseté ou du fait doit s’accomplir sur le résultat de l’exercice, en principe dans un compte de résultats uniques. Cependant si l’erreur intéressait un compte d’équité, elle doit s’attribuer sur le compte « Report à nouveau » ou sur le compte de capitaux propres adéquat.

 Evaluation des actifs et des passifs de l’entité : immobilisations et stocks

En comptabilité, les normes d’estimation sont fréquemment agréables à mettre en application, continuellement bien plus que les représentations de comptabilisation que nous apprendrons dans ce chapitre et les chapitres subséquents.

Le Code de commerce a d’ailleurs employé un texte entier (art. L. 123-18) à ces soucis, texte terminé par un grand chapitre du Plan comptable général.

Les normes spécifiques d’appréciation intéressent de nombreux postes du bilan, actifs et passifs, principalement les immobilisations physiques et immatérielles, les opérations de location financement, les actes de recherche et amplification, les logiciels et bâtiments de sites web, les stocks, les qualités, les subventions, les cessions de créances, les actifs et passifs en devises étrangers, les actifs et passifs concernant la contribution, à le bonus, aux plans d’économie de la société.

Après avoir abordé les normes générales d’appréciation des actifs et des passifs, nous dédierons à chacune de ces articles dans ce chapitre et le chapitre suivant une rubrique singulière. Ce chapitre sera usité aux immobilisations et stocks ainsi que le chapitre ultérieur sera usité aux outils monétaires.


 Régie d’avance et accréditifs, trésorerie passif

Le compte 5165 inscrit les opérations des fonds dirigés par les administrateurs et les accréditifs ouverts par les organisations bancaires sous le nom d’un tiers ou d’un élément de la société.
Le compté 5165 est débité du solde des fonds mis aux administrateurs et aux possesseurs d’accréditifs par le crédit d’un compte de trésorerie. Il est reconnu :

  • du solde des charges réalisés par les gestionnaires ou par les organisations de banques au profit du compte de l’entreprise par le débit d’un compte de tiers ou de charge ;
  • du montant des reversements de fonds avancés, par le débit d’un compte de trésorerie.

Trésorerie-passif

Cette section prétende les trois postes suivants :

Crédits d’escompte

Le compte 5520 inscrit à son crédit le solde nominatif des effets non advenus mis à l’escompte par la société par le débit de banque en question et du compte "6311 intérêts des prêt et dettes". Le compte 5520 est débité depuis le temps d’échéance des effets par le crédit du compte "3425 clients, effets à acquérir".

Crédits de trésorerie

Sont inscrits au crédit du compte 5530 les crédits de trésorerie à court terme acceptés par les organisations de banques aux sociétés (warrants, crédits à l’exportation, facilités de caisse, etc.) appart les découverts bancaires.

Banques (soldes créditeurs)

Le poste 554 ne contient que les comptes de trésorerie dont le montant est créditeur.
Les comptes 5541 et 5548 sont débités du solde des entrées et crédités du soldes des issues de fonds.


 L’établissement de la balance

La balance est obtenue depuis le grand-livre. Pour étudier la balance, le comptable doit nécessairement :

  • Additionner, pour chaque compte du grand-livre, les opérations débiteurs et les opérations créditrices.
  • enregistrer dans la balance le nombre et les noms des comptes du grand-livre.
  • Renvoyer les montants de début de la durée des comptes dans la balance.
  • Renvoyer les opérations débitrices et les opérations créditrices des comptes dans la balance.
  • en sortir les montants de fin de période des comptes.
  • Additionner la balance.

 Equilibre de bilan

D’acte que chaque emploi satisfait une ressource et que chaque neuve ressource est forcément utilisée la balance Actif / Passif est enregistré :

Actifs (emplois) = Passifs (ressources)

Actifs immo. + Actifs circu. H.T + Trésorerie- Actif = Financement permanent + Passif circulant H.T + Trésorerie- Passif

Remarques

Le bilan exacte après de l’ouvrage est nommé bilan de démarrage, ne débarrasse pas de résultat, d’où Total Actif = Total Passif ; est régulièrement examiné. Ce bilan admet habituellement le total du capital

L’existence de l’entreprise est analysée en durées semblables nommées exercice comptable cet exercice suivant la loi comptable faut présenter égal ou inferieur à 12 mois.


 Analyse de la situation patrimoniale : Le Bilan

Le bilan énonce l’endroit réel de la société à un instant prisé. Il se divise de deux parts assurément égales :

  • la partie gauche se nomme l’Actif du bilan et dessine tout ce que la société détient et tout ce qu’on lui faut
  • la partie droite se nomme le Passif du bilan et dessine tout ce que la société faut
    (Créances).

Dans un autre sens le passif réalisé la situation des ressources et de la source des capitaux posé à l’ordre de la société. Absolument à l’actif, il dessine les emplois qui ont été réalisés de ces moyens.

ACTIF

  • Biens que détient l’entreprise ou la société
  • Créances sur les tiers 
  • Disponibilités ou bien les détentes (banque, caisse...) 

PASSIF

  • Dettes de l’entreprise :
  • Près des associés
  • Près de sociétés financières
  • Près des tiers.

 L’analyse de l’actif et de passif du bilan

L’étude de l’actif du bilan

Les composants d’actif sont ordonnés dans leur objectif et leur nature. On y découvre par ordre :

  • l’actif immobilisé ;
  • l’actif circulant hors trésorerie
  • la trésorerie - actif 

Classement par destination

Actif immobilisé : 

Il se sépare en ordres :

  • Immobilisations en valeur
  • Immobilisations incorporelles 
  • Immobilisations corporelles 
  • Immobilisations financières

Classement par nature

Actif circulant hors trésorerie

On y remarque :

  • Les stocks ;
  • Les clients et comptes rattachés
  • Les titres et valeurs de placement.

Trésorerie - Actif 

  • Banques 
  • Caisses
  • Chèques postaux...

L’analyse du passif du bilan

Le passif donne l’idée de la source des ressources qui accèdent à la société possédant d’un patrimoine écrit à ces ressources sont ordonnées selon leur source et leur objectif. On différencie :

  • Les stocks (matières premières, produits finis, marchandises, emballages...) ;
  • Les clients et comptes rattachés.
  • Les titres et valeurs de placement.

 Trésoreries : Actif et passif

Cette masse réalisé une situation fermée par des opérations de trésorerie. Il se réalise principalement des actions de coûts en espèces, par virement ou par chèques, et chaque opération réalisée à l’égard de les banques qui conçoivent un accroissement de ses comptes bancaires. Les importants comptes de cette classe

  • Chèques postaux
  • Banques
  • Caisses………

L’analyse du passif du bilan

Le passif représenté la source des moyens qui agréent à la société d’être actionnaire d’un patrimoine marqué à l’actif. Ces moyens sont ordonnés selon leur source et leur objectif. On différencie :

  • Financement permanent
  • Passif circulant hors trésorerie
  • Trésorerie — Passif. 

Financement permanent :

Il se contient de capitaux propres, capitaux propres assimilés, dettes de financement, provisions durables pour risques & charges. Ceci est un classement par source et par ordre selon le plan comptable


 Évolution du bilan : Notion de flux

Les flux non générateurs de résultat

Il se réalise d’échanges de fonctions dans l’actif, d’échanges de fonctions dans le passif d’accroissements semblables dans l’actif et dans le passif de réductions semblables dans l’actif et dans le passif.

Les flux générateurs de résultat

Il peut s’agir :

  • d’un profit bénéficiaire effet à l’investissement des articles, par référence, à un prix excellent au prix d’acquisition ;
  • d’un profit déficitaire effet à l’investissement des articles à un prix inferieur, au prix d’acquisition
  • des flux non attachés à des principes de capital, mais à des frais ordinaires et essentiels pour le meilleur mouvement de la société

Exemples : les, assurances, les frais de transport, les salaires...
Tous les flux de la société changent le bilan. Or, il n’est pas réalisable de mettre un bilan ensuite de quelle action. C’est pour cette raison, la comptabilité admet d’écrire en des « comptes » les changements arrivés.

Pourtant dit, quelques flux consacrent le rapport alors que d’autres ne le changent pas. Les flux qui consacrent le rapport sont ceux qui n’ont pas de contrepartie à l’interne du bilan. Ils ont leurs contreparties dans le compte rapport nommé Le Compte de Produits & Charges


 Le compte est le principe de la partie double

Définition de la partie double :D’après le principe de la partie double, toute écriture doit affecter au moins deux comptes, l’un est débité et l’autre est crédité de la même somme. La partie double intéresse le changement du bilan ensuite de toute opération Pour quelle soit remplie, tout écrit dans un compte faut interpréter : Le Contant de l’opération, Un libellé clair acceptant de recouvrer la pièce comptable d’origine, la date. Après nous allons voir comment procéder quand le débit est supérieur au crédit et vis versa.

Le solde d’un compte est l’écart entre le total débit et le total crédit d’un compte. Trois donnés se montrent

  • Si débit = crédit le solde est nul.
  • Si débit < crédit donc le solde est créditeur
  • Si débit > crédit donc le solde est débiteur

L’opération d’écrire un totale tribu un compte à son débit ou à son crédit est nommé IMPUTATION.
Aussi Débiter un compte c’est maintenir un total à son débit

Le jeu des comptes

  • Tous les comptes de produits augmentent par crédit et diminuent par débit.
  • Tous les comètes Clé charges augmentent par débit et diminuent –par crédit
  • Tous les comptes du passif augmentant par crédit et diminuent par débit
  • Tous les comptes d’actif augmentent par débit et diminuent par crédit

Principe de la partie double

Exemple : Prenons l’exemple qu’on a pris précédemment et essayons d’analyser les quatre dernières opérations en termes de flux pour l’entreprise.
Le 05 juillet 2009 : E/se ← banque
Le 22 juillet 2009 : E/se → fournisseur
Le 20 juillet 2009 : E/se → client
Le 26 juillet 2009 : E/se ← agence de transport

Maintenant deux questions se posent :

  • Quelle est l’origine du flux ?
  • Quelle est la destination du flux ?
Opérations Origine Destination
1ère Banque Caisse
2ème Caisse Fournisseur
3ème Vente Caisse
4ème Caisse Transporteur

On remarque que pour chaque opération, il y a l’intervention de deux comptes, un sera crédité (c’est le compte d’origine du flux), l’autre sera débité (c’est le compte de la destination du flux). C’est ce que l’on appelle la comptabilité à partie double.


 La contrepassation de l’écriture erronée, propriétés arithmétiques de la balance

La contrepassation de l’écrit fautif : ce facturé comporte d’entrée, à effacer l’article faux par un écrit en effet contraire, ensuite à enregistrer de neuf l’action d’une façon exacte. Cette manière, entraîne l’importunité de déformer les renseignements de conduite que l’on peut amener de l’observation des comptes.

Le complément à zéro (ou le complément algébrique) : le complément algébrique d’un nombre est l’inverse de ce nombre, d’une autre façon le montant qu’il doit additionner à ce nombre auprès d’arriver à un total zéro (exemple : le complément à zéro de 774 est –774). Pour réformer une faute au journal par cette façon, on efface l’article faux par une écriture semblable quant aux comptes crédités et débités, mais calculée avec les compléments algébriques, après on arrive l’écrit exacte.

Le grand – livre

Les écritures du livre– journal nécessitent être transcrites sur les comptes.
La cohérence des comptes est indiquée sous le nom de grand – livre.

La balance

La balance de contrôle est un tableau qui permis tout les comptes de la société or que leur emplacement approprié (actions, soldes)

Propriétés arithmétiques de la balance :

Pour toute opération comptable, ressource ou bien ’emploi et la ont été écrits dans les comptes, et de ne pas oublier du pacte générale :

Emploi = Ressource

A tout débit d’un compte convient le crédit semblable d’un différent compte Ce qui termine à Total des débits de la balance = total des crédits de la balance


 Bilan, définition de l’actif circulant et passif

Le bilan est une image fidèle de l’historique de l’entreprise à un moment déterminé, généralement à la clôture de l’exercice, il est présenté sous la forme de tableau en deux parties.

L’approche économique du bilan admet que le PASSIF évoque les ressources de l’entreprise et l ACTIF évoque les emplois
L’approche juridique du bilan est en terme de patrimoine de l’entreprise. Le PASSIF symbolise les dettes globales de l’entreprise, l’ACTIF symbolise les droits et les biens de l’entreprise.
Le bilan est un document comptable qui conjugue la situation financière de l’entreprise a un moment déterminé. Le bilan présenté par l’entreprise est toujours en équilibre en cas de perte et en cas de bénéfice.
Les actifs de bilan sont présentés :

  • Immobilisations incorporelles
  • Immobilisation corporelles
  • Immobilisation financières

Les actifs circulants hors la trésorerie sont :

  • Stocks
  • Créances des actifs circulants
  • Différence de conversion des actifs

Les passifs circulants hors la trésorerie sont :

  • Les dettes
  • Provisions pour risques et charges
  • Différence de conversion des passifs


comptabilite-guide.com | 2009 - 2018